V1 / 30 septembre 2010 4 janvier 2011




Скачать 466.96 Kb.
НазваниеV1 / 30 septembre 2010 4 janvier 2011
страница2/20
Дата конвертации09.02.2013
Размер466.96 Kb.
ТипДокументы
1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   20

DOCTEUR BERNARD

Au revoir, Monsieur Scarci !

MARCO

Au revoir… Ah ! Oui, je voulais vous demander. J’aimerais

remercier l’homme qui m’a sauvé, en quelque sorte. Il

m’a rendu visite mais il n’a pas laissé ses coordonnées.


DOCTEUR BERNARD

Je ne vois pas… Demandez à l’accueil. On vous renseignera.


Marco remercie le docteur d’un signe de tête puis sort.


INT. HOPITAL – ACCUEIL – JOUR


A l’accueil, une infirmière est penchée sur l’écran de son ordinateur.


INFIRMIERE DE SERVICE

Ce ne serait pas un certain Karim Alouache…


MARCO

Bravo… Vous auriez ses coordonnées ?


INFIRMIERE DE SERVICE

Désolé, ce n’est pas le service des renseignements ici, monsieur.


MARCO

Je m’en doute… Peut-être un annuaire ?


L’infirmière indique du doigt une cabine téléphonique dans le hall puis se détourne afin de répondre à un appel.

Marco rejoint le téléphone puis se saisit de l’annuaire. Il cherche le nom, sans succès.


MARCO

Merde…


EXT. PORT DE NICE – JOUR


Assis sur une bite d’amarrage, Marco observe le restaurant Big-Joe. Il aperçoit deux hommes en costume sombre qui entrent dans l’établissement. Il reconnaît Alex, l’un de ses complices d’antan. Marco se lève puis se dirige vers le restaurant en boitillant légèrement.


INT. RESTAURANT BIG JOE – JOUR


Dans le restaurant, quasiment vide, à une table du fond, les deux hommes discutent autour d’une bière avec Big-Joe. Marco entre. Les regards se croisent en silence. Big-Joe se lève et s’approche de Marco pour lui serrer la main.


BIG JOE

Comment tu vas, Marco ? Je te croyais à l’hosto !


MARCO

Ben tu vois, j’en suis sorti.

BIG JOE (l’entraînant au comptoir)

Bien ! Je suis content de te voir en forme ! Tu prends une fraîche ?


MARCO

Pas de refus… Sans intraveineuse, s’il te plait.


BIG JOE (rire)

Je vois que t’as pas perdu ton sens de l’humour !


Marco s’assoit au comptoir et glisse un mot à voix basse tandis que Big-Joe prépare la bière.


MARCO

Big-Joe, j’ai besoin de ton aide.


BIG JOE

Je t’ai dit, tu peux compter sur moi. C’est quoi ?


MARCO

C’est juste pour retrouver un type, un maghrébin.


BIG JOE

C’est pas ce qui manque par ici. Lequel tu veux… ?


Marco lui glisse un papier avec le nom de Karim Alouache. Big-Joe hoche la tête.


BIG JOE

Tu veux qu’on le flingue ?


MARCO (paniqué)

Surtout pas, non… ! (Big-Joe affiche sa surprise)

(Plus calme) Je veux juste le remercier.


BIG JOE

C’est pas courant ça, rechercher un type juste pour le remercier.


MARCO (agacé)

Tu peux m’aider ou pas ?


BIG JOE

Bien sûr… Ca te coûtera rien, vu que tu le veux vivant.


INT. RESTAURANT BIG JOE – WC – JOUR


Marco tire la chasse des toilettes. Il remonte vers la salle mais s’arrête au milieu de l’escalier en entendant prononcer le nom de Baldino.


ALEX (off)

Baldino est furieux. C’est Juan qui devait régler l’affaire Afghane.

Ce connard s’est excité sur une pervenche qui devait avoir ses

règles et il lui a cassé trois dents. Il est reparti pour 3 mois à l’ombre.

BIG JOE (off)

Quel con ! Qui va s’occuper de l’affaire Afghane, alors ?


DINO (off)

Pour l’instant, Baldino s’est pas décidé. Il lui faut quelqu’un

de sûr, et un rien kamikaze, si tu vois ce que je veux dire.


ALEX (off)

Je plains celui qui va y aller. Traverser ce pays, juste pour

ramener une bagnole, c’est un coup à se faire couper les couilles

avec tous ces terroristes qui grouillent dans cette région.


Marco entend l’un des hommes se lever. Il monte les marches…


INT. RESTAURANT BIG JOE – JOUR


Marco traverse la salle. Big-Joe rejoint le comptoir. Alex et Dino dévisagent Marco.


MARCO

Je compte sur toi, Big-Joe !


BIG JOE

Repasse demain matin, Marco, ça devrait être réglé…

(Marco s’apprête à payer mais Big-Joe fait signe que c’est inutile)

Dis-moi, tu sais où dormir… ? (Marco secoue la tête)

« La Marianne » peut te loger quelques temps, si t’es à la rue.


Marco le remercie d’un geste.


EXT. CENTRE VILLE – RUE – JOUR


Marco est dans une cabine téléphonique dans le centre ville de Nice.


MARCO

Tu plaisantes, Maman ! J’ai presque 30 balais. Je…


MERE MARCO (au téléphone)

Et ça t’empêche de venir à la maison quelques jours ?

Toutes ces années où je ne t’ai pas vu.


MARCO

T’aurais pu venir au parloir, tu sais.


MERE MARCO (au téléphone)

Mais je t’en voulais à mort pour tout ça ! Encore plus à ton père !

Ce salopard c’est bien foutu de moi, toutes ces années… ! (Plus tendre)

Et tu t’es laissé entraîner par cet être ignoble, mon pauvre petit…


MARCO

Maman… S’il te plait !

MERE MARCO (au téléphone)

Qu’est-ce que j’ai fait au bon Dieu pour avoir une

telle famille, moi ? Pourquoi j’ai pas eu une fille ?


Soudain, Marco aperçoit Clarisse qui passe dans la rue avec sa voiture de sport puis se gare.


MARCO

J’ai un boulot, maman. Faut que je te laisse maintenant.


MERE MARCO (au téléphone)

La dernière fois que tu as dit ça, tu en as pris pour 10 ans !


MARCO

9 et demi, maman… J’y vais…


Marco raccroche et sort de la cabine.

Clarisse sort de sa voiture, elle est splendide. Marco ressemble plutôt à un clochard avec ses vêtements usagés et ses contusions sur le visage.


MARCO

Je crois que c’est mon jour de chance.

N’est-ce pas la belle Clarisse que je vois là ?


Clarisse le reconnaît à peine. Elle le dévisage de la tête aux pieds entre dégoût et pitié.


CLARISSE (embarrassée)

Marco ? Tu… Tu vas bien ?


MARCO (embarrassé)

Plutôt… Juste l’impression de revenir d’outre-tombe.


CLARISSE

Je vois ça… Je suis passé te voir plusieurs fois à l’hôpital

mais tu étais dans le coma et ton docteur était plutôt pessimiste…


MARCO

Comme quoi, même les docteurs peuvent se tromper…

(Un silence) Euh… Tu m’offres un verre ?


CLARISSE (d’un petit rire)

Désolé, Marco… Je suis de service… Mais, une autre fois.

Ce sera avec plaisir. Je suis heureuse que tu t’en sois sorti.


Marco acquiesce et suit du regard Clarisse qui tourne à l’angle d’une rue. Il rejoint l’angle de la rue et la voit entrer dans un grand restaurant.


Intrigué, il s’approche de la vitrine à travers laquelle il aperçoit Clarisse qui s’assoit face à un homme. Il reconnaît le Docteur Bernard qui prend la main de Clarisse. Ils s’embrassent.


EXT. QUAI – PONT DU MARIANNE – JOUR


Le soleil se couche. L’air dépité, Marco marche nonchalamment sur un quai puis s’arrête devant un bateau à voile. Le nom du bateau est « Marianne ». Il monte sur le bateau puis regarde vers l’horizon, pensif.


INT. CABINE DU MARIANNE – JOUR


Marco est réveillé en sursaut par le bruit d’un bateau à moteur. Il est allongé sur une banquette, enroulé dans une couverture. Sur le sol on découvre quelques bouteilles de bière vides. Marco se lève et ouvre le frigo – il est rempli de bouteilles de bière.


MARCO (grimaçant)

Tu parles d’un petit déj. !


EXT. PONT DU MARIANNE – JOUR


Marco sort de la cabine, ébloui par la clarté du soleil. Puis il lève les yeux sur un magnifique bateau ancré à une centaine de mètre du quai. Son visage s’éclaire. Retrouvant l’espoir, il retire son tee-shirt puis se jette à l’eau pour nager en direction du bateau.


EXT. MER – BATEAU BALDINO – JOUR


Marco nage jusqu’au bateau à moteur puis grimpe à la proue à l’aide de la chaîne d’arrimage.


EXT. BATEAU BALDINO – JOUR


Marco arrive sur le pont désert. Il entend des voix venant de l’arrière du navire. Il échappe à un garde armé en se cachant sous une bâche. Il avance ensuite vers l’arrière de l’embarcation et tombe nez à nez avec une jeune femme en maillot de bains. Elle hurle – deux gardes tombent sur Marco et le maîtrise. On reconnaît Alex qui était chez Big-Joe.


MARCO

Eh ! Du calme les gars ! C’est moi, Marco !


Marco est amené sur le pont arrière. Au milieu d’une flopée de jeunes femmes, Baldino (65 ans), en costume ivoire, prend son petit déjeuner. Le maffieux dévisage Marco d’un air agacé.


BALDINO

Qu’est-ce que c’est, Alex ?


ALEX

On l’a trouvé au moment ou y s’attaquait à Lina, patron.


MARCO

Qu’est-ce que tu racontes, abruti ? Tu m’as vu agresser…


BALDINO

Ca suffit ! C’est quoi ce bordel ?


Baldino se lève puis avance vers le trouble-fête.


MARCO

Je n’ai agressé personne, Monsieur Baldino.

Je voulais juste vous voir pour vous parlez.


BALDINO (reconnaissant Marco)

Marco ? Qu’est-ce que tu fais là, bon Dieu ?


MARCO (nerveux)

J’étais sur la « Marianne ». J’ai vu votre bateau et…

J’ai appris que vous aviez des problèmes avec Juan…


BALDINO (méfiant)

Et alors ?


MARCO

Alors, je pensais me proposer à sa place, pour votre

affaire Afghane. La caisse à ramener en France.


BALDINO

Qui t’as parlé de ça, Marco ?


MARCO (dévisageant Alex)

Personne, j’ai… j’ai seulement capté une conversation

de l’un de vos sbires quand j’étais chez Big-Joe.


Alex est mal à l’aise. Baldino le dévisage salement.


BALDINO

T’avais raison pour une chose, Marco, je suis parfois

entouré d’abrutis… (Vers Marco) Mais ça ne te permet

pas de te mêler de ce qui ne te regarde pas ! J’avais donné

des ordres pour que tu…


MARCO

Laissez-moi ma chance, Monsieur Baldino.


BALDINO

Tu l’as eu ta chance ! Plus d’une fois !

Et chaque fois, tu as merdé.


MARCO

Cette fois, je ferais mes preuves, je vous promets. J’ai…

J’ai trouvé un partenaire, le type idéal pour ce genre de boulot.


BALDINO

Ce n’est pas le problème ! C’est impossible, Marco…


Baldino s’apprête à retourner vers ses femmes et son petit-déjeuner.

MARCO

En mémoire de Toni ?


Baldino s’arrête puis se retourne vers Marco pour s’approcher de lui à nouveau.


BALDINO (ému)

Ton père était un type bien, Marco… Il m’a secondé

durant toutes ces années et… Il a été mon bras droit…

Un type en or… Il n’a pas eu de chance, ce jour-là.


MARCO

C’était mon premier coup avec lui.


Baldino considère Marco d’un œil interrogateur. Marco s’interroge à son tour.

Baldino marche un instant sur le pont, essuyant ses larmes avec son mouchoir noir. Alex lève les yeux au ciel, discrètement.

Baldino revient vers Marco, contrôlant au mieux son émotion.


BALDINO

Pour ton père, Marco. Ta dernière chance. Tu m’entends ?


MARCO

Merci, Monsieur Baldino. Vous ne le regretterez pas.


Baldino acquiesce. Alex lève les yeux au ciel. Il prend une claque par son patron.


BALDINO (à Alex)

Deux fois, crétin ! Deux fois… !

Foutez-moi le camp, tous les deux, allez… !

(A Marco) Amène-moi ton partenaire demain,

qu’on s’explique sur cette affaire.


MARCO (embarrassé)

Heu… Bien, Monsieur Baldino !


INT. RESTAURANT BIG JOE – JOUR


Une adresse sur un petit papier, celle de Karim. Marco lève un œil souriant vers Big-Joe en s’enfilant sa bière d’un trait. Ils trinquent.


EXT. IMMEUBLE KARIM – JOUR


Dans une banlieue, au nord de Paris, Marco arrive devant un immeuble décrépi.


INT. IMMEUBLE KARIM – JOUR


Marco sonne à la porte de Karim. Une musique rap résonne dans l’appartement.


MARCO (à lui-même)

Je supporte pas le Rap.

Karim ouvre. Il est surpris de voir Marco.


KARIM

Et ben ça, pour une surprise !


MARCO

Je dérange pas ?


KARIM

Non, pas du tout ! Entre ! Fais comme chez toi !


INT. APPARTEMENT KARIM – JOUR


L’appartement est modeste, bordélique. La décoration fait un peu chambre d’adolescent. Des posters de belles filles sont affichés un peu partout. Au-dessus du canapé, trône un poster géant de Salma Hayek. Karim est visiblement célibataire.


MARCO

C’est plutôt… pittoresque, comme endroit.


KARIM

C’est mon antre, ma tanière ! Mon harem… !

(indiquant un poster de Salma Hayek au-dessus du canapé)

Elle ne vient pas souvent, dommage, hein ?


MARCO

Ces chanteuses sont certainement très demandées, Karim.


KARIM

Oui ! Elle, c’est une actrice… (Marco approuve)

Tu prends un verre ? Tu as mangé ? Il est 13h00 et

je dois repartir bosser dans 20 minutes environ.


MARCO

Non mais, j’en ai pas pour longtemps.


KARIM

Assis-toi, alors… !


Marco s’assoit sur le canapé. Karim va de la cuisine au salon, mangeant à la va-vite.


KARIM

Alors, qu’est-ce qui t’amène ?


MARCO

Tu travailles dans quoi, exactement ?


KARIM

Je suis éducateur, je m’occupe des délinquants.


MARCO (sourire ironique)

Ah, oui… !


KARIM

Je les remets sur le droit chemin. Je suis une sorte

de « Messie », comme disent les tantes de la famille.


MARCO

Oui, « le Messie », je me souviens…

1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   20

Похожие:

V1 / 30 septembre 2010 4 janvier 2011 iconInstitut europeen juillet à septembre 2010

V1 / 30 septembre 2010 4 janvier 2011 iconE-books Wiley en chimie disponibles sur la plateforme Wiley Online Library, à compter de septembre 2010

V1 / 30 septembre 2010 4 janvier 2011 iconОбластная долгосрочная целевая программа
В редакции постановлений от 22. 04. 2010 №238, от 15. 07. 2010 №63, от 15. 10. 2010 №244, от 31. 12. 2010 №468, от 20. 06. 2011 №390,...

V1 / 30 septembre 2010 4 janvier 2011 iconСтатья Основные понятия, используемые в настоящем Федеральном законе
ФЗ, от 07. 05. 2010 n 82-фз, от 27. 07. 2010 n 196-фз, от 29. 11. 2010 n 321-фз, от 23. 02. 2011 n 20-фз, от 21. 04. 2011 n 76-фз,...

V1 / 30 septembre 2010 4 janvier 2011 iconLes medias 1 – Textes généraux 17 Janvier 1997, p. 9

V1 / 30 septembre 2010 4 janvier 2011 iconAcquisitions du cdi, en janvier-février 2012, selon le classement suivant

V1 / 30 septembre 2010 4 janvier 2011 iconИнструкция от 2 апреля 2010 г. N 135-и о порядке принятия банком россии решения о государственной регистрации кредитных организаций
Указаний Банка России от 03. 12. 2010 n 2531-У, от 17. 05. 2011 n 2638-У, от 15. 09. 2011 n 2698-У, от 09. 12. 2011 n 2743-у

V1 / 30 septembre 2010 4 janvier 2011 iconОтчёт о работе педколлектива огоу нпо пу №12 2010-2011 учебном году
В 2010-2011 учебном году училище начало работу над реализацией новой Программы развития, составленной на период 2010-2014гг

V1 / 30 septembre 2010 4 janvier 2011 iconАнализ работы школы за 2010-2011 учебный год
Школа завершила 2010 2011 учебный год. Руководствуясь законом Р. Ф. «Об образовании», Уставом школы, «Планом учебно-воспитательной...

V1 / 30 septembre 2010 4 janvier 2011 iconАнализ итогов деятельности за 2010/2011 учебный год
В 2010 – 2011 уч г коллектив гимназии работал над следующими учебно -воспитательными задачами


Разместите кнопку на своём сайте:
lib.convdocs.org


База данных защищена авторским правом ©lib.convdocs.org 2012
обратиться к администрации
lib.convdocs.org
Главная страница