Archives dÉpartementales de la Moselle




Скачать 428.32 Kb.
НазваниеArchives dÉpartementales de la Moselle
страница1/8
Дата конвертации13.02.2013
Размер428.32 Kb.
ТипДокументы
  1   2   3   4   5   6   7   8


Archives dÉpartementales de la Moselle


39 J


CIEDEHL

Centre d’informations et d’Études

d’Économie humaine en Lorraine

(1949-1982)


Répertoire numérique détaillé


établi par

Sophie LAMY et Benoît LÉVÊQUE, étudiants vacataires,

revu par Patrick WAGNER, objecteur de conscience, et Jean-François THULL, étudiant vacataire

sous la direction de

Marion DUVIGNEAU, conservateur du patrimoine


Saint-Julien-lès-Metz

1997

Sommaire


Introduction p. 3

Les champs d’investigation du CIEDEHL de 1949 à 1967, carte p. 8

Orientation bibliographique p. 9

Sources complémentaires p. 10


Inventaire p. 22

39 J 1-11 Fonctionnement de l’organisme p. 22

39 J 12-18 Journées d’étude et de réflexion p. 22

39 J 19-360 Enquêtes p. 23

19-22 Généralités p. 23

23-66 A. Action sociale, animation socio-culturelle p. 23
67-72 B. Agriculture p. 25

73-111 C. Aménagement du territoire p. 26

112-120 D. Démographie p. 28

121-167 E. Distribution p. 29

168-218 F. Formation p. 32

219-222 G. Enseignement p. 35

223-236 H. Industrie p. 36

237-250 I. Information p. 36

251-238 J. Logement p. 37

329-339 K. Niveau de vie p. 42

340-348 L. Circulation p. 42

349-350 Enquêtes diverses p. 43

39 J 351-389 Documentation p. 43


Table des sigles p. 47

Index des noms de lieux p. 49

Introduction


1 - L’économie humaine


La doctrine qui sous-tend l’activité du CIEDEHL (Centre d’informations et d’études d’économie humaine en Lorraine) des origines est elle du père Lebret, dominicain décédé en 1966, qui osait poser dans les années 1950 :


a) qu’il convient d’y voir clair pour intervenir dans la vie politique, so­ciale ou culturelle du pays ;

b) que l’insuffisance d’information nous a conduits à des impasses poli­tiques ou économiques ;

c) que la connaissance des phénomènes ne s’acquiert pas par une vague intuition, par une navigation à l’estime, mais par le travail et la peine – et que cette exploration du réel est coûteuse en argent.1


Qu’est-ce-que l’économie humaine ? Le père Lebret en donne la définition suivante : « l’objet de l’économie humaine n’est autre que la montée humaine. Discipline à la fois du savoir et de l’action, science de synthèse de toutes les sciences sociales, qu’elles soient démographiques, économiques, psychologiques ou politiques, l’économie humaine ne se construira pas sans la base d’analyses méticuleuses de la situation des hommes, des foyers, des lieux, des conditions et des circonstances de travail, des ressources naturelles, des disponibilités de main d’œuvre, des niveaux et des courants culturels et spirituels des cadres de vie et des équipements ».2 Tels sont les thèmes d’enquête qui se retrouvent dans le fonds du CIEDEHL conservé aux Archives de la Moselle.

Exposant la méthode d’économie et Humanisme, le père Lebret distingue quatre types d’enquêtes :

 l’enquête éducative, « celle que des jeunes accomplissent pour découvrir l’homme, la famille et les conditions de leur vie, les structures géo-économiques, les divers équipements collectifs, les forces sociales » ;

 l’enquête rapide, « celle qui permet à un sociologue, un économiste, un fonc­tionnaire, un voyageur, un dirigeant de mouvement, de noter dans un mini­mum de temps et de façon ordonnée les éléments d’une connaissance globale ap­proximative, mais valable » ;

 l’enquête scientifique, « celle qui est susceptible d’une exploitation statistique, et qui peut contribuer à l’élaboration scientifique des sciences sociales, dont l’économie humaine » ;

 l’enquête politique, « celle qui tend à rendre objective et efficace au maximum l’intervention humaine sur la nature et les structures, afin d’instaurer le bien commun ».3

Les enquêtes d’économie humaine sont donc finalisées et intégrées dans un processus d’aménagement, qui, pour le père Lebret, « n’est pas séparable d’un plan de développement intégral ne visant pas seulement à la croissance ou à l’expansion, mais ordonné avant tout à l’élévation du niveau de vie des popula­tions, et particulièrement des couches de population les plus dépri­mées ».1 Ce type d’études « ne peut être le fait spontané d’un groupe de recherche ne disposant que de faibles ressources. Pour que l’étude soit rendue possible, l’intervention d’un organisme privé, semi-public ou public, est presque toujours nécessaire. Un contrat de travaux en résulte qui précise les finalités posées pour le deman­deur ».2 Tels sont les postulats à l’origine de la création à Metz du CIEDEHL, asso­ciation qui mènera, pour le compte d’organismes para-publics ou d’administrations, une centaine d’études sur les sujets les plus divers.


2 - Le CIEDEHL


L’histoire de l’organisme qui se crée en Moselle pour mettre en application les préceptes du père Lebret a été faite récemment par Pierre Philippe, un des an­ciens di­recteurs du CIEDEHL.3 Il y date cette prise de conscience en Lorraine de la nécessité d’un travail d’économie humaine de la venue du père Lebret à Metz au prin­temps 1949, invité par P.J. Schmitt, futur évêque de Metz, à donner une con­fé­rence sur la faim dans le monde et à piloter les journées de réflexion de Moulins-lès-Metz, consacrées à la recherche des moyens d’un développement harmonieux, entre le libéralisme sauvage et la planification marxiste. C’est ainsi que le CIEDEHL est fondé, en mai 1949, sous la forme d’une association dont Gabriel Hocquard, maire de Metz, accepte de prendre la présidence.

La première enquête, lancée à l’été 1949, doit permettre de mieux connaître la population de la Moselle et mettre à jour le recensement de 1946.4 Les résultats probants et l’originalité de la méthode employée attirent les commandes d’études, de la commission départementale d’hygiène sur les causes de propaga­tion des maladies contagieuses,5 des mairies de Metz et de Sarreguemines sur les familles logées dans les vieux quartiers in­salubres,6 etc. Le CIEDEHL obtient, dès 1950, une subvention annuelle du conseil général de la Moselle 7 qui lui permet d’embaucher une secrétaire et un comptable. Aux enquêtes sur le niveau de vie et le logement menées dans les années de la reconstruction succèdent de 1958 à 1963 des études sur l’animation sociale et culturelle 8 copilotées par le « groupe d’étude des loisirs » du CNRS, puis sur l’enfance inadaptée.9

A partir de 1953, l’organisme met en place, sous forme d’universités d’été, des ses­sions de formation aux méthodes d’enquête d ’« économie et Humanisme ». De 1959 à 1963, le CIEDEHL participe, en collaboration avec les universités de Strasbourg et de Nancy, à l’élaboration de l’Atlas de la France de l’Est.1 Bientôt en effet l’association ne se cantonne plus au territoire du seul département mosellan mais étend ses activités à la Meurthe-et-Moselle, en liaison avec le CAPEMM. Elargissant son secteur d’activité, l’organisme se structure en mettant sur pied un service de documentation et quitte la caserne Féraudy pour s’installer à Woippy. Le CIEDEHL réalise des enquêtes à la demande ; chaque enquête a son coût fixé à l’avance et est financée par les collectivités qui l’ont demandée. Cette association de bénévoles vivant de subventions se transforme ainsi en un bureau d’études professionnel répondant à des appels d’offres. Son seul problème : la nécessité de disposer d’un fonds de roulement ; des crédits sont donc sollicités de la Banque populaire de Lorraine. Avec le CINAM et le CRESAL, deux organismes d’études nés d’Économie et Humanisme, le CIEDEHL fonde l’ADIRES, structure qui permet de répondre à des appels d’offres de la DGRST.

En 1967, le SCAE de la préfecture de la Moselle répertorie les organismes s’occupant de questions économiques qui reçoivent des subventions du Conseil général de la Moselle : le CIEDEHL arrive en 3e position avec 70 000 F de sub­vention contre 300 000 francs au CAPEM, 157 586 F au CRBL et 40 000 F au Bureau pour l’expansion industrielle de la Lorraine 2. Le chiffre d’affaires du CIEDEHL double entre 1970 (7 enquêtes) et 1973 (39 études, la moitié commandée par des administrations, un tiers par le privé, un cin­quième par des communes ou les chambres de commerce). En 1974 environ 400 personnes ont été employées à titre temporaire tandis que le chiffre d’affaires progresse de 30 %. En 1975, l’aire d’action du CIEDEHL s’est élargie avec seule­ment 4/5e des enquêtes menées en Lorraine, le reste en Alsace, Champagne-Ardennes ou Franche-Comté, tandis que la part des commandes de l’administration est réduite à 41 %. C’est l’époque où une nouvelle méthode d’enquête est mise au point avec des entretiens « non directifs » qui permettent des analyses plus qualitatives, complémentaires des études quantitatives classiques, par questionnaire.

Mais la crise économique fait bientôt ressentir ses effets sur le CIEDEHL qui doit fermer son bureau de Nancy et quitte son bureau de Borny – où il avait emménagé en 1969, venant de la route de Woippy – pour une installation au centre de Metz, avenue Foch, plus proche des décideurs et notamment de la Cambre de commerce et d’industrie. Devant la diminution des commandes éma­nant des clients classiques, notamment du ministère de l’Équipement, l’association cherche en 1978 à renforcer sa structure juridique et financière en développant un partenariat avec les chambres de commerce de Lorraine, la Chambre d’agriculture de Moselle, la Banque populaire de Lorraine, la Caisse d’Epargne de Metz, et l’Immobilière thionvilloise. Cependant le nombre de con­trats d’études ne cesse de chuter et l’effectif du bureau d’études passe de seize à six per­sonnes entre 1977 et 1981. Les études sont parfois payées avec dix-huit mois de retard et la décentralisation, aves les bouleversements structurels qui l’accompagnent, sonne le glas des bureaux d’études semi-associatifs tels le CIEDEHL. Le conseil d’administration du 9 décembre 1982 décide donc la dissolution de l’association.3

Au total les questions techniques d’aménagement, d’urbanisme et de circu­lation auront représenté 55% des travaux du CIEDEHL, les enquêtes économiques des industries et du commerce 14 %. Le public a cependant surtout re­tenu les études menées dans le domaine social (niveau de vie des familles, asso­ciations, étrangers, développement socio-culturel, etc.).


3 - Classement des archives du CIEDEHL


Le CIEDEHL ayant cessé toute forme d’activité au 31 décembre 1983, les Archives départementales de la Moselle obtiennent en février 1984, de Gabriel Bernard, secrétaire général, et de F.X. Gilbert, président du centre, le don de la totalité des archives de l’organisme.

La première difficulté lors du classement de ce fonds a été de faire le départ entre « archives » et « documentation »1 de l’organisme d’études. Lors du premier tri du fonds, sans doute dès 1984, un partage aléatoire avait été opéré dans ce sens, aboutissant à l’éclatement du fonds entre documents considérés d’archives et stockés en vrac sous la cote 39 J,2 et documentation cotée en bibliothèque administrative (BA) et traitée selon des critères bibliothéconomiques pour alimenter une base de données informatique.3 Or il s’est avéré, lors du clas­sement du fonds à l’été 1994, que de nombreux « ouvrages » extraits pour être cotés en bibliothèque administrative étaient en fait de la documentation préparatoire voire les rapports définitifs d’enquêtes menées par le CIEDEHL. Au contraire, des revues constituant une documentation de se­conde main pour l’organisme étaient restées dans le fonds.

Le choix a été fait de laisser en l’état les ouvrages qui avaient été cotés en bibliothèque administrative (BA 3544 à 3896), à l’exception d’un très petit nombre d’ouvrages ou de dossiers, réinsérés dans les dossiers d’enquêtes auxquels ils appartenaient manifestement. En ce qui concerne les archives proprement dites – pour l’essentiel les dos­siers des enquêtes réalisées par le CIEDEHL de 1949 à 1982, contenant aussi bien de la documentation préliminaire et du dé­pouillement statistique des question­naires que de la correspondance administra­tive relative à la commande des études –, le travail a consisté à répartir les dos­siers selon un plan de classement le plus proche possible de celui du CIEDEHL lui-même, classement thématique des enquêtes réparties en 12 sous-séries de A à L et numérotées par ordre chronolo­gique à l’intérieur de ce cadre.4 Ont été réintégrés dans le fonds en 1996 des rapports d’enquêtes retrouvés à l’occasion du classement des archives de la CCI à Metz, l’organisme consulaire ayant été chargé de la liquidation du bureau d’études.

Certaines enquêtes réalisées par le CIEDEHL n’ont pas été retrouvées ; ces lacunes sont signa­lées au fil de l’inventaire.5 Ont été placées en tête du répertoire les archives purement administratives (assemblées géné­rales de l’association, correspondance diverse, quelques documents relatifs aux enquêteurs employés par l’organisme…), qui renseignent sur le fonctionnement de l’association de 1953 à 1981, ainsi que les dossiers d’organisation des « journées de réflexion » organisées par le CIEDEHL de 1967 à 1975.

Ce répertoire numérique n’est pas le seul moyen d’accès aux ressources de ce fonds : 270 fiches de description ont été réalisées à l’occasion du classement et figurent dans le fichier de la bibliothèque des archives, permettant un accès auteur et matières aux rapports et pré-rapports dactylographiés ou imprimés con­tenus dans les dossiers d’enquête du CIEDEHL.


4 - Intérêt du fonds


Lors de leur versement en 1984, F.X. Gilbert, « président liquidateur » du CIEDEHL, disait des archives de l’organisme : « celles-ci sont le témoin des activités de notre département depuis 1948 et peuvent constituer ainsi, une source d’informations non négligeable », ce à quoi J. Colnat, directeur des Archives de la Moselle répliquait : « il est très heu­reux que les archives du CIEDEHL aient pu être conservées, car cet organisme a joué longtemps un grand rôle dans les activités socio-économiques de notre ré­gion ».

Ce fonds n’est malheureusement pas pour l’heure entièrement et libre­ment communicable, F.X. Gilbert ayant souhaité « que les dossiers d’entreprises ne soient pas divulgués avant la période de cinquante ans à compter [du 31 janvier 1984] ». Le reste des documents est soumis à la règlemen­ta­tion générale (communicabilité immédiate des synthèses rendues publiques, délai de 30 ans pour la communication des correspondances préalables).


Les champs d’investigation du C.I.E.D.E.H.L. de 1949 à 1967

Orientation bibliographique


BAUCHET (Pierre), Les Tableaux économiques. Analyse de la région lorraine, Paris : éditions Genin - Librairie Médicis, 1955.

LEBRET (L.J.), De l’efficacité politique du chrétien, La Tourette : économie et Humanisme, 1947.

LEBRET (L.J.), La Découverte du bien commun, La Tourette : économie et Humanisme, 1947.

LEBRET (L.J.), PIETTRE (A.), SAUVY (A.), DELPRAT (A.), Économie et civilisation, Paris : éd. ouvrières - économie et Humanisme, 1956.

LEBRET (L.J.), QUOIST (M.), SUAVET (Th.), VIAU (E.), L’Equipe d’enquête et d’action, La Tourette : économie et Humanisme, 1950.

LEBRET (L.J.) et coll., Guide pratique de l’enquête sociale, Paris : Presses Universitaires de France, 1951-1958.

I. Manuel de l’enquêteur, 1952.

II. L’Enquête rurale. L’analyse de la commune et du canton, 1951.

III. L’Enquête urbaine. L’analyse du quartier et de la ville, 1955.

IV. L’Enquête en vue de l’aménagement rural, 1958.

LEBRET (L.J.) et CELESTIN (G.), « D’“économie et Humanisme” à l’économie humaine », Revue économique, décembre 1950, p. 568-582.

PELLETIER (Denis), Économie et humanisme, Paris : Cerf, 1996.

PHILIPPE (Pierre), « Histoire du CIEDEHL », Mémoires de l’Académie de Metz, CLXXIIIe année, série VII, tome V (1992), 1993, p. 117-143.

RIDEAU (Emile), Essor et problèmes d’une région française : houillères et sidé­rurgie de la Moselle, Paris : édi­tions ouvrières, 1956.


Revues d’économie humaine :

Cahiers de la conférence nationale des comités régionaux d’études pour la mise en valeur de la France, 1955-1960.

Le Diagnostic économique et social, revue mensuelle dirigée par Raymond Delprat, 1949-1951.

et Idées et Forces. Cahiers d’économie humaine, revue trimestrielle, 1948-1951.

fusionnent dans économie et Humanisme, revue bimestrielle, 1952-1964, deve­nue E. & H. économie et Humanisme, 1965- .

Efficacité, supplément mensuel d’économie et Humanisme, 1950-1955.


Sources complémentaires


Archives départementales de la Moselle

  1   2   3   4   5   6   7   8

Добавить в свой блог или на сайт

Похожие:

Archives dÉpartementales de la Moselle iconService departemental d'archives de la moselle
...

Archives dÉpartementales de la Moselle iconArchives départementales : cote : 9 j 14

Archives dÉpartementales de la Moselle iconArchives From to January 15, 2013

Archives dÉpartementales de la Moselle iconLibrary and Archives Canada

Archives dÉpartementales de la Moselle iconState Archives of North Carolina

Archives dÉpartementales de la Moselle iconArchives, records, and preservation in the modern world

Archives dÉpartementales de la Moselle iconMaritime archives and library information sheet 59

Archives dÉpartementales de la Moselle iconArchives of an email list on the history of binoculars

Archives dÉpartementales de la Moselle iconArchives of an email list on the history of binoculars

Archives dÉpartementales de la Moselle iconArchives of an email list on the history of binoculars


Разместите кнопку на своём сайте:
lib.convdocs.org


База данных защищена авторским правом ©lib.convdocs.org 2012
обратиться к администрации
lib.convdocs.org
Главная страница